jeudi 14 septembre 2017

Perdrix @ Mercurart


Ce matin, à l’aube, une des trois perdrix qui nous sont familières, une des deux jeunes de l’année, était posée sur la cheminée de la maison voisine. Elle s’escrimait à lancer un chant inhabituel qui semblait être provoqué par sa solitude. Où étaient les deux autres ?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire