mardi 12 décembre 2017

Le jardin @Mercurart


Le jardin de Mercuart vaut par ce que l’on peut y voir et par ce que l’on peut voir depuis ses points de vue sur la chaine du Coiron.
Nous le gardons ouvert toute l’année car il nous offre des moments de beauté quelle que soit la situation climatique.
Aujourd’hui 12 décembre 2017, l’artiste en charge de la distribution de la brume, des nuages, des fumées des cheminées, des éclairages et des pans de bleu du ciel nous a particulièrement enthousiasmé. Ne serait-il pas disciple de Pierre Boncompain ?





















Un peu plus tôt, c’était un adepte de Turner qui était aux manettes.

lundi 11 décembre 2017

Catalogue Mercurart

Nous sommes heureux de vous proposer les livres de notre catalogue 2017. Nous formulons le voeux qu’il vous permette de trouver des occasions de cadeaux à contenu culturel à votre convenance. De plus, en achetant nos livres vous soutenez notre projet... Tout achat de livre donnera lieu à une entrée gratuite pour les visites 2018, à la découverte de nombreuses nouveautés.
Voir notre catalogue.




lundi 27 novembre 2017

grand mur en pierre seche dans le jardin @Mercurart

Nous avons entrepris depuis 2 mois la réalisation d’un grand mur qui sera complété sur le haut par une nouvelle installation en acier.

Cette vue donne un état d’avancement et montre la facture de sa composition.

À suivre donc...

lundi 20 novembre 2017

Murs en acier @Mercurart

Les conditions climatiques exceptionnelles conduisent à des floraisons d’arrière-saison très intéressantes sur les murs en acier du jardin de Mercurart.

Au second plan, on peut voir la première petite récolte à venir du mandarinier Satsuma Iwasaki.

lundi 6 novembre 2017

Reflets 6 @Mercurart

Au cours d’un week-end sur la côte d’Azur dédié à l’art contemporain, une visite au cimetière de Saint-Paul de Vence nous a conduit sur la tombe de Marc Chagall.

Dans la série des photographies dans lesquelles Jean-Claude Millet se met en scène par réflexion, il s’est contenté d’un reflet.

jeudi 2 novembre 2017

Suite de l'histoire des perdreaux @Mercurart

https://www.facebook.com/mercurart/videos/812960565551357/?hc_ref=ARQR2tIgpk74C6QYrIBohnG1Cemk6i1upPcE7H32LgodqQWZcNVs2qZQ_O8bzwWFnj4&pnref=story


 Nous avons fait la connaissance des cris de détresse du perdreau.

Épisode 1 : un couple de perdrix lâché par les chasseurs se réfugie sur un territoire dans lequel se trouve notre jardin. Elles viennent nous voir tous les jours et elles se laissent approcher à un mètre.

Épisode 2 : après deux années, une portée de 7 perdreaux nait et le male disparait.

Épisode 3 : les petits tombent dans un égout et la mère passe la nuit devant son entrée. Le matin, elle reste figée en cet endroit.

Épisode 4 : Jules a l’idée de regarder sous le regard et sort 5 perdreaux mourants. Nous fabriquons une couveuse improvisée avec une lampe de chevet. Trente minutes plus tard, revivent et partent avec leur mère.

Épisode 5 : le lendemain ils sont à nouveau 7. Où étaient les deux autres pendant qu’on soignait les 5 ? Mystère.

Épisode 6 : Lors d’un gros orage, la mère les amène à l’entrée d’une chambre sous un haut-vent de la maison.

Épisode 7 : Ils sont tous dans la cour de la maison et un gros merle vient se poser sur le murier. La mère le prend pour un rapace et déclenche un flash mob. Tous les petits, comme elle, s’immobilisent totalement pendant une minute. Elle les fait venir sous ses ailes et reste immobile au milieu de la cour pendant deux bonnes minutes. Elle les emmène en dehors de la cour mais avant qu’ils ne passent la porte elle s’envole sur le porche pour lancer un regard périphérique alentours et s’assurer qu’il n’y a pas de danger.

Épisode 8 : il ne reste que 2 petits et ils grandissent à vue d’œil.

Épisode 9 : ce 30 octobre, les deux petits semblent affolés et lancent des cris de détresse et de colère. Ils ne trouvent pas la mère. Les a-t-elle émancipés ? A-t-elle été victime d’un chasseur ? La réponse vient dans l’après-midi : les trois volatiles passent à tire d’aile sur nos têtes alors que nous nous activons dans le jardin.

jeudi 26 octobre 2017

L’oiseau pollinisateur @Mercurart

S’il est vrai que des espèces d’oiseau nombreuses disparaissent chaque année, par miracle, des oiseaux métaphoriques peuvent naître dans l’imagination des artistes.

Le 24 octobre, nous avons surpris, sur les hauteurs du jardin de Mercurart, un oiseau bleu d’Alain Signori. À quatre mètres du sol, entre deux grands pins, derrière un plaqueminier qui lui offrait les couleurs flamboyantes de ses dernières feuilles, il était en pleine séance de pollinisation.

mercredi 25 octobre 2017

La porte du Hé @Mercurart


Le chemin de bois (Sylvain Ristori) et sa porte en acier (Séverin Millet) résulte d’une association proposée aux deux artistes par Mercurart et réalisée en août 2017. Cette semaine, la première pluie significative depuis cette réalisation nous offre une vue nouvelle sur l’œuvre.
À une époque où la tendance est au repli sur soi, aux murs, aux clôtures, cela légitime les quelques mots qui suivent à propos de la charge symbolique d’une porte et d’un chemin.

Dans un bel ouvrage associant des pastels de jacques Cadet et des textes de Corine Robet consacré à Abraham, nous avons écrit :

« Je voudrais pouvoir dire et faire dire : « Je suis Abraham. Je suis celui qui prend le risque de sortir de ses territoires intérieurs familiers. Celui qui, comme Abram recevant le Hé, dans l’espérance, ne construit plus de murs pour se protéger de lui-même. »


Cette œuvre est une invitation à sortir de l’ignorance en accédant au Hé qui se trouve au bout du chemin ; derrière la porte.

Reflets 5 @Mercurart

Une magnifique exposition est en cours à la fondation Maeght à Saint-Paul de Vence.

Dans la série des photographies dans lesquelles Jean-Claude Millet se met en scène par réflexion, il a pu jouer avec des œuvres de Edouardo Arroyo réalisées en caoutchouc.

Le noir du caoutchouc est transformé en blanc au travers de la vitre de protection.




vendredi 20 octobre 2017

L'égo enflammé @Mercurart


Les matins d’octobre offrent des levers de soleil à faire pâlir José Marie de Heredia.

       Fleurs de feu

        Bien des siècles depuis les siècles du Chaos,
        La flamme par torrents jaillit de ce cratère,
        Et le panache igné du volcan solitaire
        Flamba plus haut encor que les Chimborazos.

       Nul bruit n'éveille plus la cime sans échos.
       Où la cendre pleuvait l'oiseau se désaltère ;
       Le sol est immobile et le sang de la Terre,
       La lave, en se figeant, lui laissa le repos.

       Pourtant, suprême effort de l'antique incendie,
       A l'orle de la gueule à jamais refroidie,
       Éclatant à travers les rocs pulvérisés,
 
       Comme un coup de tonnerre au milieu du silence,
       Dans le poudroîment d'or du pollen qu'elle lance
       S'épanouit la fleur des cactus embrasés.

Compte tenu de ce qu’il disait du cactus que n’aurait-il dit de cet égo enflammé planté sur les terres volcaniques d’Ardèche.

jeudi 19 octobre 2017

l’hortensia @ Mercurart

Après une belle floraison blanche teintée de bleu clair au centre au printemps,
l’hortensia situé à l’entrée de la galerie Mercurart offre mi-octobre une dernière parure avant l’hiver. Elle est étonnamment colorée.

En hommage à cette belle plante, j’ai retrouvé ce poème inspiré par ceux, magnifiques qui peuplent la Bretagne.

Bretagne
Mauves, bleus et grenats, les hortensias s’exposent Aux façades des maisons ou ils prennent la pose. Blancs, pourpres et roses, ils enchantent les murs
Et témoignent souvent d’une généreuse nature.

Le granite leur délivre les mystérieuses essences
Qui ressortent en couleurs dont l’unique présence, Efface de la pierre la charge symbolique,
Du matériau de base des maisons d’Armorique.

mercredi 18 octobre 2017

Reflets 4 @Mercurart

Deux garçons à la source (due ragazzi alla fonte) est une œuvre de Michelangelo Pistoletto exposée à la fondation Berardo à Lisbone.

L’artiste a sérigraphié les personnages sur une tôle d’acier inoxydable polie.


J’ai pu me mettre en scène comme observateur, à la fois dans et hors de l’œuvre.


Réflexion 4 : Si on est deux pour prélever à la source, pourquoi pas deux pour surveiller.


lundi 16 octobre 2017

Reflets 3 @Mercurart




The Vapor par Bill Viola 1975

La vapeur est une installation interactive qui invite les spectateurs à plonger dans un espace de méditation associant ses images et odeurs.

Lors de ma visite au centre culturel de Lisbonne, j’étais seul dans la salle et je me suis assis en face du moniteur, à l’extérieur de « l’objet ».

Une gardienne du lieu est venue me dire que je pouvais aussi m’asseoir sur la natte.

C’est ainsi que j’ai pu intégrer mon image à l’œuvre de Viola sur le moniteur, ce qui donne Réflexion 3 : Me voilà Bill

vendredi 13 octobre 2017

Reflets 2 @Mercurart

Réflexion 2 : Une statue de la liberté extérieure.

jeudi 12 octobre 2017

La plainte en vue de l'eau @Mercurart


Nous sommes le 12 octobre, des semaines se sont écoulées sans que le ciel ne nous ait apporté l’eau nécessaire et attendue par tout le jardin de Mercurart.

La sculpture de Martine Diersé évoque peut-être d’autres sentiments en d’autres circonstances, mais dans l’échelle des besoins, la survie biologique est toujours première ; aussi, ici, dans ce bassin asséché, il est bien clair qu’avec nous elle implore ce ciel.

Reflets @Mercurart

Suite à un concours de circonstances, j’ai pu jouer avec une œuvre réalisée par Cyril Millet dont Mercurart a acquis les droits de diffusion.

Cela m’a encouragé à être réactif chaque fois que le même type d’opportunité se présente au gré des visites de musée ou d’expositions.

Ce blog est donc le premier d’une série de réflexions.


Réflexion 1 :
Comment se rendre à la cuisine avec le ventre creux?

mercredi 11 octobre 2017

Kaki et aloha @Mercurart


Dans la série des couleurs d’automne, nous vous proposons cette composition entre un kaki qui exhibe ses fruits orange et le rosier Aloha qui malgré une impitoyable sécheresse ne cesse de produire des fleurs.

mardi 10 octobre 2017

Réalisation du mur en pierres sèches @Mercurart


Nous avons entamé la réalisation d’un mur en pierres sèches de 25 mètres de long et de près de 3 mètres de haut.
Nous allons suivre sa réalisation.
La base s’appuie sur une assise en roche de mauvaise qualité préparée au marteau piqueur.
Des pierres importantes, jusqu’à 450 kg ont été réparties pour former la base, et la construction a commencé en cherchant à garder des lignes horizontales.
À l’arrière des quantités importantes de petites pierres sont rangées pour faire masse et permettre un bon drainage.
Le mur en vue de dessus en cours de construction présente ainsi un intérêt esthétique qui sera ensuite caché au fur et à mesure.

lundi 9 octobre 2017

Hydrangea @Mercurart


L’automne n’en finit pas de nous offrir des compositions dont on pourrait penser qu’elles sont sorties de la palette d’un grand peintre.

Cet hydrangea en est un excellent exemple.
Il a la coquetterie de conserver quelques feuilles vertes qui sont du meilleur effet.

mardi 3 octobre 2017

Buridan et Boronali




Buridan (1) et Boronali (2) :

Un très innovant fabricant Danois d’urinoirs a mis le B à bas en tête de son nom.
Quel dommage car en le conservant, un urinoir signé Buridan serait au ready-made de Marcel Duchamp ce que et le soleil s’endormit sur l’Adriatique de Boronali (3) fut au salon des indépendants de 1910 pour une peinture à l’huile.
Mais cette situation n’est pas perdue pour tout le monde, car en mettant en place le B donnant du contenu à la signature, je m’inscris dans le sens de l’histoire du ready-made.  Je prends aussi le risque que si l’objet ainsi renommé n’est pas sacralisé par votre regard, l’histoire retienne (ou pas !) qu’un âne est allé pisser dans les toilettes de l’aéroport de Lisbonne, le dimanche 1er octobre 2017 à 15 heures 27. 

­



(1)  Référence à l’âne de Buridan.
(2) Boronali est l’anagramme d’Aliboron nom donné à l’âne de Buridan dans un poème de La Fontaine.
(3)   Et le soleil s'endormit sur l'Adriatique est une huile sur toile peinte en 1910 avec sa queue par Lolo l'âne, dit Joachim-Raphaël Boronali.

lundi 2 octobre 2017

La mouche de l'olive @Mercurart


Le jardin de Mercur@rt comporte une oliveraie dans laquelle sont plantés environ 75 oliviers d’une dizaine de variétés différentes.

Ils ne font l’objet d’aucun traitement chimique contaminant.
Dans ces conditions la principale cause de fluctuation de la production tient à ce jour dans les attaques de la mouche de l’olive. On en voit une ci-dessous quittant l’olive contaminée. En 1995, 90% de notre production fut détruite. 

Cette année, nous avons opté pour une méthode douce de prévention en installant des pièges dans les oliviers les plus productifs.
La mouche est attirée par le phosphate diammonique et par la couleur jaune.
Des bouteilles sont remplies du liquide au trois quart environ et des trous sont percés à la périphérie dans la zone peinte en jaune. La mouche pénètre dans le piège, ne peut en sortir et se noie.
Les olives sont transformées en huile et en olives noires en suivant une recette familiale donnant des résultats exceptionnels.

Deux nouveaux ouvrages Mercurart









Le mois dernier nous avons publié deux nouveaux ouvrages "edition Mercur@rt",
avec des textes de Jean-Claude Millet à propos des œuvres de l'artiste Dalva Duarte


Le Choix de l'Artiste

Cliquez ici pour voir un extrait


















Mazeppa


Cliquez ici pour voir un extrait
















En lire plus?
Les livrets sont en vente sur notre site internet :
Le choix de l'Artiste
Mazeppa
Ou contactez nous par mail: contact@mercurart.com

 

lundi 25 septembre 2017

Étapes d'avancement du mur en pierre sèche @ Mercurart



Étapes d'avancement du mur en pierre sèche dans le jardin @ Mercurart...
Étape 1 : On tire et on pousse cette grosse pierre 



  

Étape 2: La pierre en place 




Étape 3: Construction 



  
Étape 4: Résultat après une journée et deux très belles et grosses pierres 
 


mercredi 20 septembre 2017

Floraisons sur les murs en acier @Mercurart


En septembre, malgré l’absence préoccupante de pluie, nous sommes éblouis par les floraisons sur les murs en acier.
Le même lieu sous deux angles.
En premier, on reconnaît : l’épilobe, le gaura, le romarin, les asters indigènes, au second plan derrière le mandarinier satsuma iwasaki et sous le mandarinier une crucifère non identifiée.  
En second, une centaurée, la crucifère, une sauge cero potosi rouge carmin, le romarin, le gaura et l’épilobe. Entre les deux lobes en acier, le myrte montre aussi ses fleurs blanches. Entre les deux agrumes, derrière la sauge, le beau feuillage du pacanier. Dans le fond on distingue les deux grandes sculptures polychromes de Séverin Millet appelées les témoins.











lundi 18 septembre 2017

Fuchsia de Californie @Mercurart


Mi-septembre, le fuchsia de Californie (epilobium canum) saigne de toutes ses fleurs au pied du mur en acier.

vendredi 15 septembre 2017

Ciel volcanique @Mercurart

Quand on vit dans un pays de volcans endormis et qu’en fin de matinée du 14 septembre 2017, on sort du bureau et que l’on découvre un tel ciel, ne peut-on pas avoir un instant de crainte ?
 
Ce second cadrage est plus rassurant et le ciel toujours aussi étonnant.

"Jus de Noah" @ Mercurart


Les grappes du Noah étaient magnifiques, le goût des graines était exceptionnel et inédit.
Le jus ne l’est pas moins.
Jugez de la couleur étonnante pour un raisin blanc présenté ici avec une sculpture en acier sur un thème en rapport.




Quelques données techniques : rendement environ 2,7 kilos de graines par cep (vigne de 5 ans) donnant 72% de jus.
Taille des graines rondes : environ 15 mm
Acidité, Ph : 3,44
Taux de sucre : 18,8 °Brix

jeudi 14 septembre 2017

réalisation des jus de nos vignes @Mercurart


Nous commençons la campagne de réalisation des jus de nos vignes.

Ce matin, nous avons récolté 4,5 Kg du cépage Noah sur deux ceps plantés il y a 5 ans.

Les grappes sont superbement dorées et ses arômes de fraise et de framboise sont incomparables. 
Le feuillage est particulièrement sain ; or, Ils n’ont subi aucun traitement, pas même la bouillie bordelaise.

Perdrix @ Mercurart


Ce matin, à l’aube, une des trois perdrix qui nous sont familières, une des deux jeunes de l’année, était posée sur la cheminée de la maison voisine. Elle s’escrimait à lancer un chant inhabituel qui semblait être provoqué par sa solitude. Où étaient les deux autres ?

mardi 12 septembre 2017

Auto'Selfie

Le tableau Le Pardon de Dalva Duarte dans les mains du photographe qui regarde la grande toile tout en la photographiant...

vendredi 8 septembre 2017

Préparation de l'exposition "Etats d'âmes"

Du 9 au 23 septembre, 5 artistes de la galerie Mercurart sont accueillis au Prieuré de Manthes dans la Drôme, dans le cadre d’une exposition collective: États d'âmes.

Ce mercredi 6 septembre nous avons transporté et installé les œuvres...